L'histoire de Port-Aviation

Portrait de fbedei

Les sociétés

Trois sociétés de gestion ont géré cet Aérodrome.

La première fut la Companie d'aviation, une société anonyme installée à Viry Chatillon le 15 octobre 1908. Son premier Président est Monsieur François Dussaud, le secrétaire gérant le terrain Monsieur Théroulde. L'architecte et le concepteur de cet aéroport est Monsieur G. Tronchet architecte de la ville de Paris. Cette société a tenté d'organiser plusieurs manifestations, mais restées infructueuses pour deux raisons :

  • le 10 janvier 1909, il était trop tôt pour faire évoluer des avions par n'importe quel temps,
  • au début de 1909 il devait y avoir une dizaine de grands pilotes dans le monde capables de faire évoluer un appareil à plus de 5 mètres du sol.

Par contre cette première société a créé le premier "Port Aérien" pour les précurseurs du plus lourd que l'air. Il faut savoir qu'à cette époque les avions volaient à 2 ou 3m du sol, très fragiles au vent, et une corde à piano mal tendue, ça casse!

A Port-Aviation, ils étaient à l'abri des vents grâce aux coteaux environnants de Viry-Chatillon, Juvisy et Savigny. 

Lors du premier meeting sportif le 23 mai 1909, Delagrange arrive à voler sur un biplan Voisin vers 6h du soir devant une foule énervée après 4h d'attente!

Le 4 juillet 1909, la fête aérienne au profit des sinistrés du midi accueille 10 000 personnes. Blériot réalise ses meilleures performances

Puis c'est la "grande quinzaine d'octobre", succès populaire, qui aurait pu être énorme s'il n'y avait pas eu dans les plus grandes capitales d'Europe d'autres meetings, avec des prix plus intéressants.

 

Suite à la faillite de la Companie d'aviation, le rachat se fait par Messieurs Maréchal et Chapiro, et une nouvelle société prend effet le 9 mai 1910. Malheureusement, 9 mois après, elle fera faillite comme la précédente à partir de février 1911.

Sous cette seconde société, la politique est différente. Nous voyons fleurir un certain nombre d'écoles et de sociétés d'apprentissage de pilotes (une dizaine au moins). Elle aussi organisa des meetings et une grande semaine d'aviation en juin 1910.

Vers le mois de février 1911, une tentative de nouvelle société se substitue à l'ancienne et prend le titre de société de l'aérodrome de Viry, pour l'exploitation et l'organisation de meetings avec création d'une école de pilotes sous le contrôle de l'Aéroclub de France, au capital de 40 000 F entièrement souscrits. Je dis bien "tentative" car visiblement cela n'a pas été facile.

En effet, le 15 mai 1911, il se passe un "coup de Trafalgar" : ce jour-là, Madame Duparchy a fait faire une brèche dans la palissade du terrain par un huissier, et elle met tout le monde dehors. Puis, tous ceux qui le désirent sont invités à réintégrer leur hangar. "maintenant, vous êtes mes locataires directs" dira-t-elle, tout va bien !

Commencent alors, à partir de juillet 1911, pendant une durée de 5 mois, des tractations pour constituer une nouvelle société: Aérodrome de Port Aviation. Administrée par Mr Frémont, certainement un homme d'affaires travaillant pour Mme Duparchy, elle est gérée par Mr Leclaire. Cette nouvelle société, avec 4 écoles et quelques constructeurs individuels en place, va louer son terrain à différentes sociétés ou associations et grands journaux pour organiser des meetings ou manifestations de toutes natures et ainsi rentabiliser son exploitation.

Bien sûr, des meetings aériens, mais aussi du vélo cross, du cross country, des courses de chevaux, des concours de cerfs volants etc ...

Par exemple :

  • 21 octobre 1911 : la coupe Gordon Bennett de cerfs volants,
  • 20 et 21 avril 1912 : l'Aéro Club de France et le syndicat des aviateurs tentent de persuader les militaires de tous les avantages de l'aviation au sein de l'Armée,
  • 15 juillet 1912 : le syndicat de la presse militaire et la société aérienne de Picardie, sous le contrôle de l'Aéro Club de France, recommencent les investigations pour convaincre tous les officiers de l'Etat Major lors d'une grande manœuvre. Puis, c'est la grande souscription nationale en faveur de l'aviation militaire, où 72 avions seront commandés grâce aux fonds recueillis par l'ensemble des Français. Certains avions s'appelleront "Démocratie" "Pro Patria" "Strasbourg" "l'Ecolier de France" "Valmy" "Ville de Douai",
  • 9 mars 1913 : grand cross international,
  • 23 mars 1913 : cross des cinq nations,
  • 8 juin 1913 : match exhibition Audemars/Garros organisé par le journal l'Auto,
  • 20 juillet 1913 : match exhibition Audemars/Guillaux/Brindejonc des Moulinais organisé par le journal l'Auto,
  • 12 octobre 1913 : démonstration des expériences d'acrobaties de Pégoud, avec le concours du journal l'Auto,
  • 12 mai 1914 : organisé par les responsables du terrain, un match exhibition entre l'anglais Hamel et Garros avec le concours du journal l'Auto,
  • 14 juin 1914 : organisée par l'association "le groupe", association formée par des aviateurs, et dirigée par Jacques Mortane, journaliste à l'Excelsior : une démonstration de voltige Aérienne par Garros, Chevillard et Chanteloup.

De la fin 1911 jusqu'à 1913, il ne se passe pas un week-end sans une activité quelconque sur le terrain. Malgré cela, le 17 avril 1913, Monsieur Frémont écrit à Monsieur le Maire, pour lui faire part des difficultés qu'il rencontre pour gérer l'exploitation du terrain d'aviation, et parmi lesquelles figurent celles du fisc et du régime des eaux. Il laisse entendre que dès le mois de novembre il libérera les chemins herbus de la Commune.

Dans le même temps : le mardi 4 novembre 1913, on lit dans la presse que Monsieur Charles Picketty aurait racheté une partie du terrain de Port-Aviation à Madame Duparchy pour effectuer une zone d'extraction de sable.

Mais je reviens sur tous ces week-ends : beaucoup de parisiens se plaisaient à venir voir ces démonstrations, trouvant le terrain "agréable et coquet", et lorsque, après la guerre 14/18, le Champ d'aviation, au lieu de devenir une carrière de sable, a été vendu en parcelles, ceux qui l'ont pu sont venus s'y installer.